À l’INLB, on ne voit pas beaucoup, mais on voit grand!

Imprimer

Les participants à la vidéo, leurs proches et leurs intervenantes de l’équipe adulte de la Direction DI-TSA, DP et DV : Valérie Gagné, travailleuse sociale; Martine Vézina, spécialiste en activités cliniques; France Poulin; Johanne Erdelyon; Michel P. Ranger; Sylvie Beauregard; Karina Favreault; Benoît Bourassa; Martine Normand, psychoéducatrice; et Mélanie Coulombe, travailleuse sociale.

L’Institut Nazareth et Louis-Braille (INLB) lançait le 18 décembre dernier, le tout premier outil d’intervention portant sur les aspects psychosociaux de la déficience visuelle (DV). Cet outil d’intervention, développé par les intervenants de l’INLB pour ses usagers,  s’inscrit dans le projet « Apprendre à vivre avec une déficience visuelle à l’âge adulte ». Sous forme de vidéo, ce projet novateur est une première dans le domaine. Cinq usagers ayant participé au tournage et leur famille ont donc assisté en primeur au visionnement dans les locaux de l’INLB.

La vidéo, d’une durée d’environ 45 minutes, présente les témoignages d’adultes autour de leur adaptation à leur perte de vision et est présentée à des personnes en perte visuelle. L’outil en soi est utilisé de façon exploratoire par les intervenants depuis un an. Au cours de cette année, ces derniers ont recueilli les commentaires des usagers à qui ils l’ont présentée. Tous sont unanimes quant à la pertinence de l’outil d’intervention. Quant aux usagers ayant participé au projet, ils sont très heureux que leurs témoignages puissent aider d’autres personnes à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent et traversent.

À noter que l’intérêt porté aux aspects psychosociaux de la DV est assez récent. Peu de travaux s’étaient penchés sur les besoins associés à l’adaptation psychosociale à la DV et aux meilleurs moyens visant à y répondre, malgré que les effets négatifs de la perte visuelle au plan social et émotionnel soient aujourd’hui bien documentés. De plus, peu d’outils permettaient d’informer et de sensibiliser les usagers adultes ou leurs proches aux aspects psychosociaux y étant reliés.

Cet outil d’intervention vient répondre à un besoin réel en permettant une meilleure compréhension des besoins associés à la réalité que vivent les personnes en perte de vision.

L’Institut organisera en début d’année 2020 une formation pour les intervenants souhaitant utiliser l’outil d’intervention dans leur pratique. La vidéo sera ensuite présentée aux autres établissements de santé du Québec pour soutenir les intervenants en déficience visuelle de l’ensemble de la province. L’outil a également été exposé au Réseau international Francophone de la déficience sensorielle et du langage en octobre dernier. Le projet est sur une belle lancée puisque la Martinique s’est déjà montrée intéressée à l’utiliser.

Félicitations!

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *