Genougraphie avec le système KneeKG : Un projet innovant aux bénéfices des patients et du réseau

Imprimer

Source : emovi.ca

La trajectoire de soins pour l’arthrose du genou s’avère peu efficace et coûteuse pour le système de santé québécois, les modalités d’évaluation sont souvent imprécises et ne favorisent pas l’intervention ciblée nécessaire.

Il existe toutefois une technique émergente qui a démontré son efficacité et son avantage pour ce qui est des coûts dans le domaine des soins privés. Il s’agit de la genougraphie, un examen médical évaluant les mouvements tridimensionnels (3D) du genou durant la marche permettant d’identifier des marqueurs en lien avec la progression de pathologies du genou et des symptômes des patients. Ces marqueurs ne pouvant pas être identifiés lors de l’examen clinique ou visuel standard, la genougraphie permet donc une optimisation de la trajectoire de soins et une amélioration de la condition des patients. Elle amène une plus grande satisfaction chez les médecins traitants et leurs patients.

La genougraphie a démontré dans le milieu privé une diminution des coûts par une baisse de l’utilisation des médicaments, du nombre d’interventions et même report du recours à la chirurgie.

Martine Jean-Marie, chef d’administration du GMF-U Charles-Le Moyne, s’associera à Mireille de Champlain, du CIUSSS Nord-De-L’île-de-Montréal, et à Alexandre Fuentes, de l’entreprise Emovi inc., pour réaliser une analyse d’implantation de la genougraphie dans certains établissements du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. Ce projet vise à planifier et à favoriser son déploiement dans le réseau public.

La formation des professionnels impliqués étant terminée, la genougraphie est disponible au GMF-U Charles-Le Moyne depuis le 22 janvier 2020. Seulement les patients inscrits à la clinique ont accès à ce nouveau service.

L’équipe du projet se compose d’un médecin (Dr Serge Goulet), d’une infirmière clinicienne (Marie-Ève Lacourse), d’une physiothérapeute (Stéfanie Pelletier) et d’une gestionnaire (Martine Jean-Marie).

Soulignons le travail du Dr Jacques-Philippe Faucher, directeur à l’enseignement, Dre Inthysone Rajvong, directrice aux services professionnels, et du Centre de recherche Charles-Le Moyne–Saguenay–Lac-Saint-Jean sur les innovations en santé (CR-CSIS) qui ont collaboré ensemble tout au long du processus de déploiement de ce projet innovant qui permettra de changer la pratique et l’efficacité dans le réseau de la santé.

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.